la périféerique : anneau d'air pur  

 

 
« sens et valeurs

Projet citoyen

La Périféerique, par son contenu et sa dimension symbolique, contribuera à lutter contre la pollution, à rééquilibrer les modes de déplacement au profit des circulations douces, à promouvoir l’énergie musculaire et à créer du lien social.


Lutter contre la pollution

Selon AIRPARIF, l’organisme chargé de mesurer la qualité de l’air à Paris, plus de 60% des franciliens respirent de manière chronique un air de qualité "non satisfaisante".

Le périph' est bordé de 10 000 arbres, qui vivent en moyenne deux fois moins longtemps que ceux situés dans Paris intra-muros : 20 ans au lieu de 40… indication inquiétante sur la qualité de l’air que respirent les 100 000 personnes dont les fenêtres donnent directement sur le Périphérique !

La Périféerique est susceptible d’incarner une réelle volonté politique de lutter contre la pollution en rééquilibrant la répartition des moyens de transports au profit des modes de déplacement non-polluants. Le projet permettra aussi de sensibiliser la population aux enjeux du développement durable.

Rééquilibrer les modes de déplacement au profit des circulations douces

« A Paris, ville très peu industrialisée, les activités de déplacements et de transports (essentiellement automobiles) représentent la contribution la plus forte aux phénomènes de pollution urbaine » (source : Mairie de Paris).

En contribuant à la réappropriation de l'espace public par les piétons, La Périféerique rejoint les orientations du récent Plan de Déplacements de Paris, qui exprime " la volonté de la municipalité de promouvoir une ville où il fasse bon vivre et se déplacer, en diminuant la pression automobile ".

Pour autant, notre projet ne s’oppose pas à l’automobile. Nous sommes bien conscient de son rôle au plan économique et de l’importance du Périphérique pour la circulation en Ile-de-France. Nous ne voulons pas non plus opposer les piétons aux automobilistes, d’autant que beaucoup de gens sont tour à tour l’un ou l’autre, selon les circonstances. Quel automobiliste, coincé quotidiennement dans les embouteillages du périph', n’a pas rêvé un jour de le voir vidé de ses voitures, et d’y entendre à nouveau les oiseaux chanter ?

Nous pensons simplement qu’une alternative au tout-voiture est souhaitable et possible. Il faut pour cela promouvoir l’utilisation de moyens de transport non-polluants.

La vitesse moyenne d’une voiture dans Paris intra-muros n’est que de 16 km/h… à peu près le rythme d’une balade du dimanche à vélo. Or aujourd’hui seulement 1% des déplacements dans Paris se font en vélo. Il faut donc faire beaucoup plus pour convaincre les parisiens de se mettre à la bicyclette. La Périféerique peut avoir un effet d’incitation pour tous ceux qui pourraient se déplacer à vélo mais qui ne le font pas. Il s’agit de produire un « déclic », de donner aux gens l’envie de circuler autrement, d’éveiller le désir pour des déplacements plus doux, moins agressifs.

Pour cela il nous semble nécessaire de travailler sur trois axes :

Pédagogique : expliquer les enjeux à la population pour susciter une prise de conscience et un désir de changement. Ce sera le but du salon Périféerique Expo.

Technique : développer les aménagements urbains qui permettent de sécuriser la pratique du vélo, faciliter l’intermodalité train/vélo et investir dans la Recherche & Développement pour permettre d’augmenter le rendement des vélos. C’est par nature le domaine de l’action publique et de l’industrie du cycle.

Symbolique : proposer des initiatives susceptibles de déclencher le désir pour des transports plus doux. C’est principalement sur ce registre que s’inscrit La Périféerique.

haut de page

Promouvoir l’énergie musculaire

La Périféerique peut contribuer à promouvoir une formidable source d’énergie, disponible en quantité illimité et qui ne pollue pas : l’énergie musculaire, que chacun d’entre nous est en mesure de produire à volonté et qui peut remplacer la voiture pour la majeure partie des déplacements à Paris, grâce à l’usage des moyens de transports « à propulsion humaine », notamment le vélo.

Cette énergie produite par nos muscles présente un intérêt majeur en terme de santé publique. Elle a d’abord un effet direct : la pratique sportive maintien en bonne santé. Et puis un effet indirect : à trafic constant, plus d’énergie musculaire c’est moins d’énergie produite par les carburants, ce qui signifie moins de pollution, donc moins de maladies respiratoires et un air plus agréable à respirer ; c’est aussi moins de bruit, moins d’odeurs, moins d’accidents également. Bref, un meilleur recours à l’énergie musculaire représente à terme, la chance d’une meilleure santé pour tous et plus globalement d’une meilleure qualité de vie.

haut de page

Créer du lien social

La Périféerique sera l'occasion de renforcer les liens entre Paris et sa banlieue, de créer une véritable "passerelle" en préparant l'événement avec les villes, les acteurs locaux, les associations et les habitants situés de part et d'autre du Périphérique. Point de départ pour de futurs projets communs, pour lesquels le périph' ne sera plus une frontière, mais un symbole de fraternité.

La Périféerique s'inscrit ainsi pleinement dans les orientations parisiennes de la Politique de la Ville , notamment dans le cadre du Grand Projet de Renouvellement Urbain qui "vise à transformer les quartiers situés à la périphérie de Paris et à nouer une véritable coopération avec les communes limitrophes, en vue de bâtir une "Nouvelle Couronne" parisienne."

Enfin, la Périféerique changera notre perception de la ville, en nous offrant des points de vue nouveaux et extraordinaires sur Paris et la banlieue, en nous permettant de ressentir et de vivre la ville différemment.


Les 21 communes limitrophes du Périphérique :

Aubervilliers
Pantin
Le Pré Saint-Gervais
Les Lilas
Bagnolet
Montreuil
Saint-Mandé
Charenton-le-Pont
Ivry-sur-Seine
Le Kremlin-Bicêtre
Gentilly
Montrouge
Malakoff
Vanves
Issy-Ies-Moulineaux
Boulogne-Billancourt
Neuilly-sur-Seine
Levallois-Perret
Clichy
Saint-Ouen
Saint-Denis

 

haut de page